« On vous devait bien ça, Ange Casta »

Publié le mercredi 14 octobre 2020


image Ange Casta / Conception graphique : Catherine Zask - photo Matthieu Raffard

Audiovisuel et cinéma, Communiqué, Actu1, Agenda


Ce sont les mots, que la Scam fait siens, glissés à l’oreille d’Ange Casta par François Mitterrand lorsqu’il lui accroche la légion d’honneur au revers de sa veste après avoir évoqué sa riche filmographie.

Ange Casta s’en est allé ce mardi 13 octobre. Réalisateur éclectique, il s’est frotté à tous les genres, grands reportages, documentaires, fictions et à quelques grandes figures du cinéma, Suzanne Flon, Patrick Dewaere, Bernard Fresson.
Avec De mère en fille, il explore les non-dits qui se transmettent d’une génération l’autre et décroche en 1965 le Prix René Barthélémy de la meilleure émission de télévision.

Vingt-cinq ans plus tard en 1991, il signe Beurs, scènes de vie et états d’âme de Zineb, Djamel et Khalid, où il s’attache à leur énergie, leur créativité, leurs réussites et prend à contre-pied les clichés-banlieue.
On citera encore « Jaurès, vie et mort d’un socialiste », une fiction-documentaire réalisée en 1980 au crépuscule des années Giscard, dans laquelle Michel Rocard voit matière à « réconcilier le peuple de France ».
Sans oublier La guerre a vingt-cinq ans, tourné en 1970 au cœur du drame vietnamien, qui allie l’énergie du reportage et la grâce du cinéma.

Le conseil d’administration et toute l’équipe de la Scam se souviennent de ce qu’ils lui doivent. En septembre 2003, lorsqu’il prend la présidence de la Scam, il adresse un long courrier à tous les auteurs et autrices. Il en appelle à « une génération nouvelle de femmes et d’hommes (…) talentueux lucides et sages, volontaires et surtout capable d’anticiper pour faire face aux défis qui s’accumulent, à la pression qui s’exerce pour réduire la place des auteurs, pour s’attaquer à son droit moral qui est le fondement et la justification de leur existence ». L’élan est donné, sous son impulsion, la Scam renforcée entre dans un nouvel âge.

Ange est notamment le père des Étoiles de la Scam décernées chaque année à trente documentaires et reportages. « Je constatais la solitude des auteurs, leur paupérisation, leurs très beaux films diffusés après minuit… ». Les Étoiles qui soufflent leurs quinze bougies cette année brilleront encore sur grand écran début novembre au Forum des images. Il en était le plus fidèle spectateur.


Contact presse

Astrid Lockhart - 01 56 69 64 05 - 06 73 84 98 27 - astrid.lockhart@scam.fr

Télécharger le communiqué