La Nuit de la radio

Depuis 2001, les auteurs de la commission des œuvres sonores de la Scam proposent, avec la Nuit de la radio, une expérience unique d’écoute collective, organisée conjointement avec l’Ina et Radio France.

Un programme, réalisé à partir d’archives sonores sur un thème renouvelé chaque année, se découvre casque sur les oreilles, sous les étoiles de l’été. Divulguée à Paris pour sa première écoute, la Nuit de la radio s’inscrit également dans la programmation des prestigieux festivals de l’été que sont le FID à Marseille et les Etats généraux du film documentaire, à Lussas.

Le choix des thématiques permet de puiser librement dans l’histoire de la radio et d’inventer un récit singulier libéré des formats et des contraintes chronologiques.

Depuis sa création, la Nuit de la radio a notamment abordé les rivages de l’Ailleurs (2009), L’Esprit des lieux (2014), la censure (Les Oreilles ont des murs, 2010), l’Afrique (2003), les Plaisirs (2013), les Voix des ondes (2005), le Noir (2008), les lendemains qui chantent (Ça ira mieux demain !, 2012), les Ondes de choc (2015), L'adieu aux larmes (2016), Liberté(s) en 2017, Le jour tombe, la nuit se lève en 2018…

19e Nuit de la radio

« Refaire le monde », une immersion sonore et politique dans les archives de la radio. 
Un programme proposé par Antoine Chao à écouter collectivement !

La nuit, qui n’a pas rêvé, éveillé, enflammé, éméché de refaire le monde ?
Sur les ondes aussi, pour le meilleur et on s'en contentera.
Nous allons porter l’oreille au-delà de l’infamie, avec ceux qui ont envisagé un autre possible. De Pierre Schaeffer et son Studio d'essai qui, pendant l'Occupation, a imaginé la radio d'après, à tous les Don Quichotte contemporains, utopistes et réalistes, qui œuvrent pour que la radio soit, (re)devienne un outil de transformation sociale.
De la contrainte et de l'urgence naissent des aventures extraordinaires qui transcendent normes et habitudes pour une radio toujours, je l’espère, à fleur d’indignation.
« Finalement, ça fait du monde pour refaire le monde — beaucoup plus qu’on ne le croit », disait mon ami Daniel Mermet.
Un éloge des coups de gueule, des transgressions, des détournements, de la désobéissance radiophonique. À celles et ceux qui rapprochent le micro de la fenêtre...

Antoine Chao

Un événement Scam* en partenariat avec l'Ina et Radio France


À découvrir : trois capsules sonores extraites du programme


Le programme 2019 a été conçu par Antoine Chao

Né à Paris, de parents espagnols Antoine Chao étudie la physique à l'université Paris 7 tout en faisant de la musique. Il participe avec son frère, le chanteur Manu Chao, à la création du groupe de rock français Mano Negra et y joue de la trompette de 1988 à 1993. Il intègre la troupe de théâtre de rue Royal de luxe puis devient programmateur musical de Radio Latina et y présente l'émission hebdomadaire de Jazz afro-cubain Cubano-be cubano-bop. Il monte en 1995 l'association Fréquences Éphémères, manufacture dispersée de production radiophonique qui organise des radios nomades et temporaires d’éducation populaire (Festival d'Uzeste, Festival des Suds à Arles...). Il remplace Bruno Carpentier à la réalisation de l'émission Là-bas si j'y suis de Daniel Mermet sur France inter en septembre 2001 puis devient reporter pour l'émission à partir de 2007. Il obtient en 2009 un diplôme de Master 2 en histoire et philosophie des sciences à l'université Paris 7. Antoine Chao intervient régulièrement à l’ESJ de Lille sur l’option radio reportage long avec Daniel Mermet .
Là-bas si j'y suis est supprimée à la rentrée 2014. Antoine Chao devient co-producteur de l'émission Comme un bruit qui court, avec Giv Anquetil et Charlotte Perry, également anciens reporters de l'émission Là-bas si j'y suis.
Antoine Chao intervient au CREADOC à Angoulême.
Il est membre de la Commission sonore de la Scam.


Plusieurs écoutes collectives

Crédits du programme de la Nuit de la radio 2019

Antoine Chao, journaliste, auteur radio

Avec le concours de
Haude Vassent, documentaliste INA
Frédéric Fiard, monteur/mixeur
Fantazio, musique du générique de fin
Julie Hamon, oreille attentive
Visuel et design par legoffetgabarra.fr