100 % DOC de mai 2017

Du lundi 1 mai
au mercredi 31 mai 2017


au Forum des images


insérer dans Outlook


image

Documentaire sur grand écran met à l’honneur le cinéaste chinois Du Haibin, tandis que l’Éclairage du mois explore avec la chercheuse Térésa Faucon le film de danse, en écho à une sélection qui fait la part belle à cet art. Au gré des séances, il sera aussi question de mémoire et de cinéma, festival de Cannes oblige.

Rencontre, Projection, Agenda


Leçons de danse, leçons de vie

Des danseuses de l’Opéra répètent « Glacial Decoy » de Trisha Brown, pièce mythique de 18 minutes créée en 1979. « J’aurais aimé que le film ne soit qu’un seul plan séquence. Parce que je voulais que le spectateur du film soit baigné dans la danse, qu’il retrouve ses sensations de nourrisson dans le liquide amniotique du ventre de sa mère.», explique Marie-Hélène Rebois, l’auteur du si vivant Dans les pas de Trisha Brown, présenté en avant-première. Disparue en mars dernier, Trisha Brown fut l’élève d’Anna Halprin, pionnière de la danse contemporaine américaine, qui a su faire de la danse un art pour tous. Anna Halprin, le souffle de la danse est le premier film à lui être consacré.

La mémoire est indestructible

Dans Exil, Rithy Panh affronte à nouveau son passé et transfigure le génocide. « Le seul terme “ documentaire ” ne suffit plus à contenir une écriture qui mêle souverainement images d’archives, reconstitution, théâtre, artisanat, natures mortes, figurations du rêve, des sensations et de l’imaginaire. » (Mathieu Macheret, journaliste)

C’est aussi la mémoire que recherche Davy Chou, en filmant la parole de survivants, Le Sommeil d’or qui s’attache aux traces du cinéma cambodgien, victime des purges khmères.


Histoires de cinéma

De Gabin gueule d’amour au film anniversaire d’Agnès Varda, Les Demoiselles ont eu 25 ans, le 7e art s’expose sous forme ludique (Ce qui me meut de Cédric Klapisch) ou pédagogique (Naissance du cinéma de Roger Leenhardt).


Documentaire sur grand écran : Du Haibin : Les cent mille visages du peuple chinois
Mardi 2 mai à 18h30 et 21h

Couronné à Venise en 2009 avec 1428, le jeune cinéaste chinois Du Haibin poursuit son œuvre de décryptage de la société chinoise avec un nouveau film, Un jeune patriote, projeté ici en avant-première française.
Du Haibin est de cette génération de cinéastes indépendants chinois habités par le désir de rendre compte de la brutalité du bond économique de la Chine d’aujourd’hui. Nanti d’un matériel léger de tournage, il filme au plus près ce qu’il en est pour le petit peuple. Qu’il s’agisse de filmer les jours qui ont suivi, en 2008, le terrible tremblement de terre du Sichuan (1428) ou le parcours d’un jeune militant nationaliste (Un jeune patriote), Du Haibin scrute leurs visages, leurs paroles pour donner à voir ces vies fragiles traversant la « grande Histoire ».
Annick Peigné-Giuly, Hélène Coppel présidente de Documentaire sur grand écran

1428 de Du Haibin
Chine doc. vostf 2009 coul. 1h56 (cin. num.)
Séance présentée par Mary Stephen (monteuse et réalisatrice) et Brigitte Duzan (fondatrice et rédactrice de chinesemovies.com)

Un jeune patriote de Du Haibin
France doc. vostf 2015 coul. 1h53 (cin. num.)
Avant-première suivie d'un débat avec Mary Stephen et Brigitte Duzan


Éclairages : Filmer la danse.
Où se loge le chorégraphique ?
Jeudi 11 mai à 18h30

Un spécialiste, chercheur, critique, historien…examine chaque mois une question au prisme des représentations qu’en propose le cinéma documentaire, à l’occasion d’un séminaire de découverte et de recherche ouvert à tous. La rencontre entre les deux arts conduit souvent à constater ce que la danse perd au cinéma par son incapacité à filmer la chorégraphie en continu. En découpant le corps et l’espace, le montage recompose le mouvement. Le corps du caméraman peut aussi entrer dans la danse. C’est tout l’enjeu de la vidéo danse.
Filmer la danse, c’est aussi entrer dans les coulisses, découvrir le travail du corps, son envol et sa fatigue, la recherche et l’invention d’un mouvement.
Enfin, le chorégraphique ne se loge pas toujours dans la performance. Trisha Brown et Pina Bausch déjà, Christian Rizzo aussi, invitent à le voir dans la transformation du geste quotidien, dans d’autres mouvements que ceux du corps.
Avec Térésa Faucon, enseignante en esthétique du cinéma


100% doc est une des nombreuses manifestations initiées ou soutenues par la Scam pour promouvoir le documentaire.
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Renseignements et inscription : www.forumdesimages.fr

Une programmation annuelle : Forum des images / La Scam
En partenariat avec CNC / La Scam / Copie privée / Région Île de France / Mairie de Paris


Télécharger le communiqué