image

Christophe Ayad,
Rithy Panh

Les prix Albert Londres 2004 ont été remis à Pékin

Prix de la presse écrite : Christophe Ayad - Libération

Né en 1968 à Strasbourg, diplômé du CFJ (1990) et de l'IEP (1989), il a mené sa carrière à Libération où il a été secrétaire de rédaction (1990/1992), correspondant au Caire (1994/1999), chef d'édition (1999/2000) et rédacteur-reporter au service étranger (depuis 2001).
Il a obtenu le prix pour ses articles sur l'Irak (chronique d'un enlisement, la montée de la colère, la résistance…) sur des portraits d'outsiders (Reza, Reem al-Faysal, Tariq Ramadan…), sur Dubaï (un émirat post-moderne qui allie haute technologie et Coran), sur le Rwanda (dix ans après le génocide), sur la culture, mieux qu'un divertissement ou une arme, un instrument pour appréhender le monde.
Christophe Ayad a été élu au 1er tour ; ont également obtenu des voix : Sara Daniel (Le Nouvel Observateur), Luis Lema (pour son livre Un regard sur l'Intifada ) et Delphine Minoui (Le Figaro, Le Temps, La Vie).


Prix audiovisuel : Rithy Panh pour S21, la machine de mort Khmère rouge

Diffusé le 2 juin 2003 sur Arte et coproduit par l'INA.
Rithy Panh est né à Phnom Penh au Cambodge en 1964. Depuis ses débuts, son œuvre creuse le même sillon pour dénoncer le génocide des khmers rouges. Il rassemble les témoignages des victimes et des bourreaux pour reconstituer une mémoire collective.
Rithy Panh a été élu au 1er tour de scrutin ; ont également obtenu des voix : Sophie Bontemps, Manon Loizeau et Philippe Lagnier.