Jury des Étoiles

Amalia Escriva -

Après avoir été élève à l'ENAC puis à l'ENSAD et à la Fémis, Amalia Escriva a eu le privilège d’être pensionnaire à la Villa Médicis puis d'être nommée membre de La Casa de Velasquez. Elle a réalisé des films d’art, des portraits, des documentaires sur la musique, des films dits de société, ainsi que d'autres plus personnels autour de son héritage algérien. Elle a également mis en scène un long-métrage de fiction produit par les Films d'Ici (Sélection officielle au Festival de Locarno, Prix du meilleur premier scénario au Festival Premiers Plans d’Angers). Amalia Escriva écrit régulièrement des textes radiophoniques pour France Culture et encadre des ateliers d’écriture cinématographique, au sein du GREC. Elle intervient ponctuellement à l’École d’Art Visuel de Lausanne, est lectrice de scénarii au CNC et à la Scam, et est expert au comité de classification au CNC.

Après avoir été élève à l'ENAC puis à l'ENSAD et à la Fémis, Amalia Escriva a eu le privilège d’être pensionnaire à la Villa Médicis puis d'être nommée membre de La Casa de Velasquez. Elle a réalisé des films d’art, des portraits, des documentaires sur la musique, des films dits de société, ainsi que d'autres plus personnels autour de son héritage algérien. Elle a également mis en scène un long-métrage de fiction produit par les Films d'Ici (Sélection officielle au Festival de Locarno, Prix du meilleur premier scénario au Festival Premiers Plans d’Angers). Amalia Escriva écrit régulièrement des textes radiophoniques pour France Culture et encadre des ateliers d’écriture cinématographique, au sein du GREC. Elle intervient ponctuellement à l’École d’Art Visuel de Lausanne, est lectrice de scénarii au CNC et à la Scam, et est expert au comité de classification au CNC.


Pauline Horovitz -

Pauline Horovitz est diplômée de l’École nationale des chartes, de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, et ancienne pensionnaire de la Casa Velázquez à Madrid. Elle a réalisé une vingtaine de films courts, notamment Polanski et mon père (2009) pour la revue Cut up d’Arte, Pleure ma fille, tu pisseras moins (2011) pour la collection Les gars et les filles d’Arte (Étoile de la Scam en 2013) et Des châteaux en Espagne (2012), sélectionné à l’IDFA en 2013. Elle recherche dans son travail le potentiel romanesque du réel, pour construire des récits teintés à la fois d’humour et de gravité. Elle vient de finir Peur sur la ville, une web série documentaire sur les légendes urbaines, pour Arte Creative.

Pauline Horovitz est diplômée de l’École nationale des chartes, de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, et ancienne pensionnaire de la Casa Velázquez à Madrid. Elle a réalisé une vingtaine de films courts, notamment Polanski et mon père (2009) pour la revue Cut up d’Arte, Pleure ma fille, tu pisseras moins (2011) pour la collection Les gars et les filles d’Arte (Étoile de la Scam en 2013) et Des châteaux en Espagne (2012), sélectionné à l’IDFA en 2013. Elle recherche dans son travail le potentiel romanesque du réel, pour construire des récits teintés à la fois d’humour et de gravité. Elle vient de finir Peur sur la ville, une web série documentaire sur les légendes urbaines, pour Arte Creative.


Thierry de Lestrade -

Après une maîtrise de droit et des études de journalisme, Thierry de Lestrade est devenu réalisateur indépendant. Ont suivi des films sur l’école, la justice, la santé, où s’expriment les conflits de notre société. On notera Madame la principale, Mémoires de sauvageons, La Guerre contre le cancer, L’Aventure Greenpeace, Justice sous tutelle... Lauréat du Prix Albert Londres (en tandem avec son frère Jean-Xavier) pour La Justice des hommes, il a obtenu en 2008 le prix Europa (avec Sylvie Gilman) pour Mâles en péril. En compagnie de Sylvie Gilman, Thierry aborde désormais des questions de société sous l’angle original de la science, avec notamment Le Jeûne, une nouvelle thérapie ?, Folies sur ordonnance, ou encore Vers un monde altruiste ?.

Après une maîtrise de droit et des études de journalisme, Thierry de Lestrade est devenu réalisateur indépendant. Ont suivi des films sur l’école, la justice, la santé, où s’expriment les conflits de notre société. On notera Madame la principale, Mémoires de sauvageons, La Guerre contre le cancer, L’Aventure Greenpeace, Justice sous tutelle... Lauréat du Prix Albert Londres (en tandem avec son frère Jean-Xavier) pour La Justice des hommes, il a obtenu en 2008 le prix Europa (avec Sylvie Gilman) pour Mâles en péril. En compagnie de Sylvie Gilman, Thierry aborde désormais des questions de société sous l’angle original de la science, avec notamment Le Jeûne, une nouvelle thérapie ?, Folies sur ordonnance, ou encore Vers un monde altruiste ?.