image
photo Matthieu Raffard

Anne Georget

documentariste et présidente de la Scam

photo Matthieu Raffard

Née en 1962, Anne Georget commence sa carrière comme journaliste. Free-lance dans la presse écrite de 1981 à 1988 pour Le Point, Le Nouvel Obs, Grands reportages ou Rolling Stone, elle passe à la télévision en 1989 comme journaliste puis chef d’édition de 24 heures, l’émission hebdomadaire produite par Capa pour Canal+.

En 1991, Anne Georget amorce un autre virage dans sa carrière et devient réalisatrice de documentaires. Elle est à bonne école puisqu’elle réalise son premier film, W. Street, avec Christophe de Ponfilly. Six autres suivront avec Interscoop jusqu’en 1998. Ses films s’intéressent à l’humanité de l’Autre, révélée par des destins individuels (Maudit gêne, Quand un homme demande à mourir, Les recettes de Mina…) ou par des questions de sociétés (Une télé dans le biberon, Maladies à vendre, Éclats de fugue, En quête d’asile, Questions d’éthique…).

Administratrice de la Scam depuis 2009, militante du droit d’auteur, Anne Georget est engagée dans plusieurs combats professionnels (les génériques non tronqués à la télévision, la lutte contre le formatage des œuvres, la réforme du cosip…).


Ses films